Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 octobre 2009

Sens dessous dessous.

Vous voulez que je vous dise, ou pas, on a rarement l'occasion de compter (sur) ses vrais amis.

Je pars quand même avec un avantage de taille 44, ils me laissent la joie ultime et stupide de compter sur leur épaule, 1...2...3... Je pense que c'est toujours mieux que de se moucher avec leurs coudes. Je me demande d'ailleurs s'il est possible de se moucher du coude en sachant que je fais partie de cette majorité sinon ethnique, de ne pouvoir malgré tous mes efforts me le lécher. (Le coude bien évidemment.)


Il m'a été donné, plusieurs fois, l'occasion de compter mes vrais amis, lors de sondages e-flop/ifop . J'en étais arrivé au nombre incroyable de zéro puisqu'ils me demandaient d'exclure ma famille et chez nous les amis c'est comme la famille, voici, voilà pourquoi il vous arrive d'entendre "frère" sortir a chaque fin de phrase de la bouche d'autres gens sympathiques qui n'essaient pas, non, non, de vous roulez dans la farine comme je l'eus fais avec mes donuts mais au chocolat.

Là où je voulais en venir, puisque je vous l'assure, aussi décousu que ça puisse sembler cette note contient un fil conducteur, en pur cuivre, c'est que quoiqu'on dise quoiqu'on fasse, il est souvent plus aisé de croire qu'on a des amis, que d'en avoir. Et c'est une croyance bien répandue chez nous, les êtres humains. J'ai encore jamais rencontré personne qui avait nettoyé le sang sur mes mains, vous me direz, je n'ai encore jamais tué personne.

L'amitié tout comme l'amour est une notion subjective, alors que beaucoup voient l'amour comme une relation exclusive entre deux personnes, l'amitié elle se partagent. On est souvent plus clément quand un ami devient aussi celui d'un autre que quand son mec devient aussi celui d'un autre. Ceci dit, si mon ex était gay, ça expliquerait sûrement pourquoi il a tenu aussi longtemps.
Mais je ne suis pas là pour vous parler de mon ex, mais d'honnêteté, bien qu'il en manqua pas mal.
L'honnêteté mes chers lecteurs, et vous lectrices, est semble t-il un des principes fondamentaux d'une bonne relation entre individus. La question qu'on vient à se poser c'est sommes-nous assez honnête envers nous même pour l'être avec les autres ? La réponse est bien entendu non, le rayon de développement personnel de la fnac en est témoin, on cherche tous a se connaître soi-même, à juste titre, on attire souvent ce qu'on rejette et on rejette souvent ce qui nous attire. Suis-moi, je te fuirais et bla...bla...bla...
Mais je vais être honnête avec vous, en êtes vous pour autant mes amis ?, je suis probablement la plus malhonnête des femmes honnêtes. Et comme G.B. le chantait déjà, les braves gens honnêtes sont souvent des passants qui eux, ne se bécotent pas sur les bancs publics, bancs publics.

Et puisque chute il doit y avoir comme dans toute bonne fable qui se respecte, la morale est la suivante, on peut se tenir par la main, parler du lendemain, du papier bleu azur que revêtiront les murs de nos chambres à coucher, on se voit déjà doucement sombrer vers la malhonnêteté dans les jupons d'une autre.

Et vous messieurs, et vous mesdames, et vous mesdemoiselles, qui n'avez pas compris la chute, sur ces mots je bute.

Commentaires

C'est vrai ...

Écrit par : Fanny | mercredi, 04 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.